Lorsque Tottenham et Liverpool se disputeront le titre de la Ligue des champions samedi prochain à Madrid, Romain Beynié suivra le match de près. Il fut un temps où ce conseiller de Swiss Life Select jouait lui-même en première division avec l’une des meilleures équipes de France: l’Olympique lyonnais.

6 décembre 2005, stade de Gerland à Lyon. Les Français, champions en titre, affrontent l’adversaire norvégien Rosenborg Trondheim dans la phase de groupes de la Ligue des champions. Un certain Karim Benzema, âgé de presque 18 ans, marque son premier but pour l’Olympique lyonnais. Rosenborg égalise peu de temps après. Puis vient la 90e minute: Benzema est remplacé. Et de nouveau c’est une première: Romain Beynié, lui-même âgé de 18 ans à peine, fait son entrée en jeu pour remplacer la future superstar et assiste au but de la victoire signé par l’attaquant brésilien Fred à la 93e minute.

«C’était un magnifique moment que je n’oublierai certainement jamais», se souvient Romain Beynié, aujourd’hui âgé de 32 ans. Aujourd’hui, il n’y pense plus souvent. Sauf quand certaines personnes lui en parlent. «Pour moi, c’est simplement un super souvenir.» Sa vie a désormais changé. Au lieu d’une carrière professionnelle, il s’est lancé dans une autre voie.

Etre soi-même entrepreneur

Cela fait deux ans que Romain Beynié travaille en tant que conseiller à la clientèle chez Swiss Life Select en Suisse. «Ce travail me convient parfaitement. Chaque jour, je dois endosser le rôle d’un entrepreneur. A chaque fois, c’est un nouveau challenge», explique le jeune Français. Pour lui, c’est fantastique de pouvoir s’organiser comme il le souhaite. Il apprécie aussi beaucoup le contact avec les clients et l’ambiance de travail. «J’ai la chance de pouvoir travailler en étroite collaboration avec mon meilleur ami, avec qui j’ai joué à Lyon plus jeune. C’est un privilège.»

Romain attache beaucoup d’importance à garder un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée. Pour lui, tout se passe dans la tête. «Pour le moment, je n’ai que peu de moments à moi, mais je vois le potentiel qu’offre ce travail à l’avenir.» Aujourd’hui encore, Romain Beynié s’adonne au football. Non plus en tant que professionnel pour un club d’élite mais comme amateur pour le FC Bavois, un club de troisième ligue. «J’aime les challenges sur les performances et, bien sûr, gagner un match. Le foot reste ma passion», confie-t-il.

La grande finale

Pour lui, comme pour beaucoup d’autres fans de foot, le match de samedi prochain sera un moment fort de l’année sportive 2019. C’est pourquoi il ne manquera pas de suivre à la télévision la finale de la Ligue des champions qui opposera deux ténors du football anglais: Liverpool et Tottenham. Et ce, même après les éliminations en huitièmes de finale de son ancien coéquipier Karim Benzema avec le Real Madrid et du club de ses débuts, l’Olympique lyonnais. «C’est avec plaisir que je suivrai cette finale», explique Romain Beynié, avant d’ajouter avec un sourire: «Même ma conjointe se joindra à moi.»

Autres articles interessantes

«Ce qui compte, c’est la personne, pas son argent»

Lire plus

«Je n’ai jamais eu autant de liberté de choix»

Lire plus

Dix histoires de personnes qui ont osé réaliser leurs rêves

Lire plus