La technologie, une alliée dans l’âge avancé

  • Dans l’objectif de mener une vie plus longue en toute liberté de choix et de conserver un style de vie sain et actif, les progrès technologiques sont en passe de jouer un rôle essentiel dans l’aide aux personnes âgées.
  • Les seniors réservent un bon accueil aux appareils électroniques s’ils sont faciles à utiliser et s’avèrent réellement utiles.
  • Les réseaux sociaux prennent pour leur part une importance croissante dans le combat contre la solitude des plus âgés.
original

Like it? Share it!

Les personnes âgées appréciant les activités au grand air et l’exercice physique pourraient bientôt se promener sous la surveillance d’un drone personnel. Ces appareils électroniques planeraient au-dessus d’elles et contrôleraient leurs mouvements, contactant les services d’urgence si elles devaient se perdre ou être victimes d’un malaise.

Selon Peter Gleissner, responsable et codirigeant de la région Union européenne chez Intel Corporation, cette forme de « surveillance mobile » pourrait aider les seniors à se maintenir en forme physique et mentale. « Les drones ne sont que l’une des technologies susceptibles d’aider les gens à conserver leur indépendance en vieillissant », déclare-t-il.

Parmi les autres technologies qui pourraient aider les seniors dans leur quête d’autonomie figurent les robots, les appareils portables, les outils d’analyse de données, les réseaux sociaux, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle.

Les robots investissent la maison

Les seniors réservent un bon accueil aux appareils électroniques s’ils sont faciles à utiliser et s’avèrent réellement utiles. Sise à Bidart en France, KOMPAÏ Robotics est une société spécialisée dans la mise au point de robots destinés à être utilisés par des seniors chez eux et dans des établissements médico-sociaux. L’objectif est de freiner les éventuelles pertes d’autonomie et de contribuer à les compenser, déclare Vincent Dupourqué, fondateur et directeur général de la société. Le robot Kompaï-1, qui a été testé au début de l’année 2016, parle aux utilisateurs et comprend leurs réponses. Il leur rappelle de prendre leurs médicaments ou de manger et leur donne des idées d’exercices et de jeux cognitifs. Le robot peut également leur demander comment ils se sentent, envoyer un e-mail à un médecin en cas de problème et organiser des consultations médicales vidéo. « Le taux d’acceptation est très élevé, à condition que les gens soient convaincus que le robot les aide à se sentir davantage en sécurité et autonomes dans leur vie de tous les jours »  déclare M. Dupourqué.

Mais pour être rentables, les capacités des robots doivent être améliorées. Kompaï-2 offrira une assistance physique en escortant par exemple des occupants de maisons de retraite jusqu’à la salle à manger. Le robot servira de guide tout en offrant un soutien physique sous la forme d’une poignée aidant l’utilisateur à se lever et à marcher.

Les essais de Kompaï-2 débuteront en 2017 sur 20 sites en France. L’objectif est de valider la technologie et le modèle d’affaires. Les robots Kompaï-2 seront aussi testés dans l’optique d’une surveillance sanitaire à la maison, permettant par exemple à des personnes hospitalisées de retourner chez elles plus tôt que prévu.

«Le taux d’acceptation est très élevé, à condition que les gens soient convaincus que le robot les aide à se sentir davantage en sécurité et autonomes dans leur vie de tous les jours.»
Vincent Dupourqué, fondateur et dirigeant de KOMPAÏ Robotics

Des réalités multiples

Contribuer à éviter l’isolement social est une autre façon dont la technologie peut aider les personnes d’un certain âge à conserver leur indépendance, déclare Kerry Rheinstein, responsable de la croissance au niveau international chez Foresight Factory, société opérant dans la recherche sur la consommation. « Les gens pensent que des services comme Facebook et Twitter sont en fait destinés aux jeunes, mais les seniors ont été à l’origine des plus impressionnantes poussées des réseaux sociaux durant les dernières années »  déclare-t-elle. Les vidéos améliorées sous forme de réalité virtuelle et augmentée aideront également les personnes âgées à rester en contact avec leur famille et leurs amis. Mme Rheinstein explique : « Pour ceux qui vivent seuls, ou dont les enfants vivent loin, la technologie viendra de plus en plus combler la distance et permettre aux gens de partager des expériences malgré l’éloignement ».

«Les gens pensent que Facebook et Twitter sont en fait destinés aux jeunes, mais les seniors ont été à l’origine des plus impressionnantes poussées des réseaux sociaux durant les dernières années».
Kerry Rheinstein, responsable de la croissance au niveau international chez Foresight Factory
original

Vieillissement sensoriel

Selon Jean-Marc Bourez, directeur de l’EIT Health France, une branche de l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT) à Paris, la France souhaite mettre en avant son approche du vieillissement en se concentrant sur les jeunes.

L’un des projets de cet organe, intitulé « Data in real life », inclut le traitement par des logiciels analytiques d’importantes quantités de données concernant des marathoniens âgés de 55 ans au maximum avant, pendant et après l’effort. « Les analyses permettront de mettre en lumière les habitudes nutritionnelles et la stratégie d’activité les plus efficaces pour atteindre un niveau de forme optimal et vivre plus longtemps » d’après M. Bourez. « La prévention de base est essentielle. » Le but recherché est que les jeunes réagissent à ces informations et modifient leur comportement.

L’EIT Health France cible également les personnes âgées de 60 à 70 ans, une catégorie de personnes davantage susceptibles de contracter des maladies telles que le cancer, le diabète ou des maladies cardiaques congénitales. « L’objectif est d’éviter l’envoi dans des établissements de soins et de permettre à ces personnes de rester chez elles » déclare M. Bourez.

Afin d’explorer des moyens efficaces d’aider les gens frappés de handicaps visuels, l’EIT Health France a créé un « laboratoire vivant » composé de faux logements et magasins équipés de capteurs dans lesquels des gens vivent pendant quelques jours d’affilée. Les chercheurs observent leur comportement afin d’évaluer l’impact des nouvelles technologies sur leur vie.

« Il s’agit d’évaluer le taux d’acceptation de ces nouvelles technologies et de déterminer si les gens les trouvent utiles ou non » précise M. Bourez. Parmi les autres grands objectifs, on trouve la définition du meilleur modèle d’affaires et la recherche de moyens pour financer ces technologies. Pour les pays européens dont les populations vieillissent et les coûts de la santé augmentent, la technologie constitue une opportunité d’améliorer la qualité de vie et de promouvoir l’indépendance.

D’après M. Gleissner, de nombreuses technologies sont déjà disponibles. « Les principaux problèmes sont liés à l’environnement réglementaire et aux aspects juridiques, tels que les questions de responsabilité ». Etant donné le rythme auquel les réglementations évoluent, un certain temps devrait encore s’écouler avant que des gens ne soient en mesure d’aller se promener sous l’œil bienveillant d’un drone.

Pour les pays européens dont les populations vieillissent et les coûts de la santé augmentent, la technologie constitue une opportunité d’améliorer la qualité de vie et de promouvoir l’indépendance.

Written by

original
×