Retour

« Être en bonne santé est un nouveau luxe »

  • Le pouvoir d’achat des plus de 65 ans est une aubaine incroyable pour l’industrie des loisirs.
  • Or, celle-ci se préoccupe aujourd’hui davantage de soigner que de prévenir les maladies et de vendre de la joie de vivre.
  • Les seniors pourraient adopter un mode de vie actif et sain, et ne pas se définir uniquement par leur âge. 
original

Membre du conseil d’administration lors du sommet mondial sur le bien-être, Franz Linser est également le fondateur et le PDG de Linser Hospitality, société de conseil à l’international basée en Autriche. 

Like it? Share it!

D’après vous, quel sera l’impact du vieillissement de la population sur l’industrie des loisirs ? 
Au cours des trois à quatre dernières décennies, l’espérance de vie a connu une évolution spectaculaire. À première vue, elle s’est fortement allongée, puisqu’il n’est plus rare de rencontrer des personnes de 70 ans et plus pratiquant du VTT, du surf et d’autres activités autrefois réservées à des gens ayant 20 ans de moins. Mais à y regarder de plus près, il convient de faire une distinction entre « l’espérance de vie en étant en bonne santé » et « l’espérance de vie en étant malade ». Selon le mode de vie, notamment chez les personnes ne pratiquant pas d’activité physique ou ayant une alimentation trop riche, l’espérance de vie en étant en bonne santé peut stagner, voire diminuer, tandis que l’espérance de vie en étant malade augmente.

Ces évolutions s’accompagnent-elles de nouvelles opportunités pour votre industrie ?
Elles vont lui poser un défi important dans les années à venir, mais recèlent également le genre d’opportunités uniques dont elle a toujours rêvé. Les gens doivent régulièrement penser à leur santé pendant leurs loisirs, et ce sont surtout les plus de 60 ans qui ont de l’argent à y consacrer. 

Pensez-vous que l’industrie des loisirs a modifié son approche envers ses clients senior ?
On ne dit pas que les enfants « vieillissent », mais qu’ils « grandissent ». Selon moi, c’est sur cet aspect que devrait se concentrer l’industrie des loisirs. Le secteur a tendance à traiter les plus de 65 ans comme des personnes vraiment âgées, alors qu’elles se sentent souvent encore jeunes dans leur tête. L’industrie des loisirs se préoccupe aujourd’hui davantage de soigner que de prévenir les maladies et de vendre de la joie de vivre. Les hôtels spécialisés dans le traitement de maladies ont connu un grand succès en Allemagne, en Autriche et, dans une moindre mesure, également en Suisse. Ils étaient très prisés, mais se concentraient toujours sur le traitement des maladies de leurs hôtes. Aujourd’hui, l’industrie tente de promouvoir un mode de vie actif et sain, ce qui aura des répercussions considérables sur la façon dont les gens vieilliront.  

« Aujourd’hui, l’industrie tente de promouvoir un mode de vie actif et sain, ce qui aura des répercussions considérables sur la façon dont les gens vieilliront. »
« Le secteur des loisirs ne devrait pas vendre des produits censés soigner ou prévenir des maladies, mais de la joie de vivre ! »

Comment l’industrie des loisirs compte-t-elle séduire ces clients d’un certain âge ? Quel genre de produits et services propose-t-elle ?
L’évolution du secteur du bien-être est étroitement liée à l’intérêt croissant que suscitent les changements de modes de vie. Si les gens se rendent dans des instituts de bien-être sophistiqués, c’est principalement pour changer certains aspects concrets de leur mode de vie. Ces aspects vont souvent de pair avec le stress et la perte de poids. L’industrie du bien-être les aide à traiter ces problèmes de santé. Ainsi, les seniors sont invités à changer leur mode de vie tout en bénéficiant de conseils concrets. On leur propose, par exemple, des bilans de santé afin d’obtenir des informations importantes sur leurs fonctions corporelles et les inciter à adopter une alimentation saine et à faire de l’exercice. Ces offres bénéfiques poussent les gens à opter pour un mode de vie sain avant de tomber malades. 

Quels sont les segments de la population des plus de 65 ans qui se révèleront les plus intéressants pour l’industrie européenne des loisirs du point de vue du marketing ? 
Selon moi, le secteur n’a pas encore pris la pleine mesure du potentiel des seniors. L’industrie actuelle des loisirs reste centrée sur les jeunes. Je suis toutefois certain qu’elle identifiera rapidement le potentiel financier des 60 à 65 ans. Outre la segmentation habituelle par tranche d’âge des groupes cibles, une différentiation croissante s’opérera en fonction des styles de vie dans un avenir proche. De plus en plus de personnes seront attirées par des offres axées sur certains styles de vie, comme des rassemblements gastronomiques en plein air, des activités pour la santé ou encore la formation de communautés compatibles. Je pense que le secteur des loisirs sera prompt à profiter de cette situation. Pour les personnes de 65 ans et plus, cela représente une chance exceptionnelle de se lancer autrement dans un mode de vie sain et dynamique, et de ne plus se définir simplement par leur âge. 

Comment l’industrie peut-elle s’améliorer et aller de l’avant selon vous ? 
L’industrie des loisirs doit mettre les modes de vie sains à la mode. Pour de nombreuses personnes, être en bonne santé est aujourd’hui un nouveau luxe. Le secteur des loisirs propose parfois des solutions très concrètes, telles que des produits spécifiquement destinés à soulager les maux de dos. Mais il devrait changer de perspective. Il ne devrait pas vendre des produits censés soigner ou prévenir des maladies, mais de la joie de vivre ! Et proposer pour cela, par exemple, des séances physiques saines et joyeuses dans un beau cadre naturel avec des personnes de tous âges partageant les mêmes intérêts et souhaitant conserver un mode de vie sain et équilibré. 

Un article de

original
×