Swiss Life tient à vous offrir le meilleur service possible en tout temps. Afin que vous puissiez faire un usage optimal de notre site Web et que nous puissions continuellement l’améliorer, nous utilisons des cookies. En continuant à utiliser le site Web, vous consentez à l’usage de cookies.

Plus d'informations

Les meilleures astuces pour faire des économies

Pourquoi est-il si difficile de faire des économies? Et pourquoi sommes-nous si peu prévoyants pour nos vieux jours? Dan Ariely, l’économiste comportemental célèbre dans le monde entier, apporte des réponses à ces questions.

original

Non conventionnel mais très efficace: Dan Ariely, économiste comportemental, a utilisé des figurines Lego pour analyser la recherche de sens chez l'être humain. 

Pourquoi est-ce si difficile pour nous, humains, d’économiser?
Deux choses surtout expliquent que nous ayons tant de mal à faire des économies. Premièrement, «le moment présent» s'oppose à «plus tard»: si nous désirons quelque chose, disons un vélo, nous voudrions l'avoir tout de suite. Deuxièmement, «le concret» s'oppose à «l'abstrait»: le vélo est quelque chose de concret que nous avons devant nous, épargner est en revanche quelque chose d'abstrait, d'intangible. Penser à long terme et de manière abstraite n'est pas une faculté humaine très développée. Nous sous-estimons énormément la valeur du futur. Nous agissons de manière irrationnelle – imprévisible.

Existe-t-il des astuces pour dompter notre irrationalité?
Oui. Quand nous décidons de manger moins, d'utiliser moins notre portable ou de faire davantage de sport, le risque que nous échouions est élevé. Pas toujours certes, mais assez souvent quand même. La bonne nouvelle, c’est que nous avons aussi la possibilité de prendre des décisions pour le long terme, surtout s'il s'agit d'argent. Par exemple, nous pouvons donner l'ordre à notre banque de virer immédiatement sur notre compte épargne 10 à 15% de notre salaire dès qu’il est versé sur notre compte courant. Les prélèvements automatiques - voilà une astuce très utile.

Beaucoup de gens gagnent toute juste assez pour boucler leur fin de mois. Que leur conseillez-vous?
Au Kenya, nous avons procédé à diverses expériences avec des personnes qui ne disposaient que de 10 dollars environ par semaine. Et devinez quoi: ils ont réussi à faire des économies. Pas pour la prévoyance vieillesse bien sûr, mais pour les coups durs. Je ne parle pas des personnes les plus pauvres au monde, mais pour la plupart d'entre nous, dans les pays occidentaux notamment, il est possible de faire des économies à condition de le vouloir vraiment.

Like it? Share it!

«Examinez vos relevés bancaires et, pour chaque dépense, demandez-vous si cela vous a rendu heureux.»

Vous nous avez déjà conseillé les virements bancaires automatiques. Un autre conseil pratique?
Nous pouvons tous réduire un peu nos dépenses et vivre moins à crédit. Demandez-vous à quoi vous pouvez renoncer. Examinez vos relevés bancaires et, pour chaque dépense, demandez-vous si cela vous a rendu heureux. Si la réponse est non, alors ne dépensez plus d'argent pour cela à l'avenir. Après tout, dans la vie, il faut dépenser son argent de manière à être aussi heureux que possible - dans le présent et à l'avenir.

Vous conseillez de vivre moins à crédit: serait-ce alors une bonne idée de se débarrasser de sa carte de crédit?
Je suis fan des cartes de débit prépayées. Elles offrent les avantages des cartes de crédit – pouvoir renoncer à avoir du liquide sur soi – sans nous donner le sentiment de disposer de ressources illimitées. Elles nous aident à nous restreindre. Prévoyez un budget pour les dépenses spéciales – un concert par exemple ou un bon repas entre amis – et chargez ce montant chaque lundi sur une carte de débit. De cette façon, vous savez chaque jour de combien vous disposez encore pour la semaine.

«Une personne capable de s'imaginer à un âge avancé éprouve de l'empathie pour elle-même en tant que personne âgée – et elle épargne alors davantage.»

Comment amener les gens à épargner pour la retraite?
Voilà une astuce: photographiez-vous et utilisez une application pour vous vieillir sur la photo. Une personne capable de s'imaginer à un âge avancé éprouve de l'empathie pour elle-même en tant que personne âgée, elle se sent plus concernée – et alors elle épargne plus. On pourrait, à l'extrême, utiliser cette photo comme fond d'écran. Je suis certain que les gens épargneraient alors vraiment beaucoup. Et n'ayez pas peur: sur les selfies, on n'est jamais bien, c'est valable pour tout le monde. J'ai une photo comme ça de moi, je vous l'envoie.

original

Dan Ariely aujourd'hui – et à un âge avancé. (Remarque: à l'âge de 18 ans, il a été gravement brûlé lors d’un accident. Il en a gardé des cicatrices sur tout le corps.)

Que peuvent faire les employeurs pour inciter leurs salariés à penser davantage à la prévoyance vieillesse?
Les incitations financières sont bien sûr un moyen efficace, par exemple si l'employeur double les cotisations d'épargne de ses salariés. Mais il suffit déjà de montrer aux employés comment d'autres personnes épargnent. Aux États-Unis, le programme «Save more for tomorrow» a bien fonctionné: les employeurs incitent le personnel à s'engager dès le début à mettre de côté pour la retraite un pourcentage de toute augmentation de salaire. Nous avons constaté, par ailleurs, que les gens en général épargnent davantage pour la retraite s'ils en parlent avec leur mari ou leur femme. Alors discutez davantage avec votre partenaire de l'épargne que vous voulez constituer.

«Je peux comprendre la génération Y. Elle n'a pas accès à de nombreuses possibilités que nous avions.»

On entend souvent dire que la génération Y ne sait pas gérer ses finances. Mythe ou réalité?
Un mythe absolu! Je peux comprendre la génération Y. Elle a malheureusement peu de chances de parvenir à acheter une maison dans les grandes villes vu les prix actuels de l'immobilier. Imaginez: les jeunes de ma génération se mariaient à 25 ans et obtenaient un prêt immobilier. La génération Y vit dans un autre monde économique, elle n’a pas accès à de nombreuses possibilités dont bénéficiaient les gens de ma génération. Si les prix de l'immobilier étaient ceux des années 80 et qu'on accordait à chacun un prêt immobilier, les membres de la génération Y auraient un autre comportement.

En toute honnêteté, dans combien de décisions vous comportez-vous de manière irrationnelle?
Beaucoup. Cependant, il faut faire une distinction entre trois types de décisions. Les petites, les grandes, et celles habituelles. Une petite décision, c’est par exemple au restaurant lorsque le serveur arrive avec le chariot à desserts. Souvent on en prend un alors qu'en fait on n'en voulait pas - et je ne fais pas exception. Ce n'est pas grave. Ce qui compte ce sont les grandes décisions. Il faut alors prendre son temps et bien réfléchir, surtout pour les grandes décisions financières comme l'achat d'une maison. Et les habitudes aussi sont importantes. Ce sont en effet à chaque fois de petites décisions isolées mais elles finissent globalement par être importantes. Les habitudes nous donnent la chance de nous améliorer. Demandez-vous quelles habitudes vous apportent une réelle satisfaction dans la vie et lesquelles vous empêchent d’avancer?

original

Dan Ariely, 50 ans, enseigne l'économie comportementale et la psychologie à la Duke University aux États-Unis. Ses livres sont des bestsellers et ses présentations TED sont vues par des millions de personnes. Il est connu comme scientifique créatif et non conventionnel et a étudié avec des figurines Lego la recherche de sens chez l'être humain. Son dernier livre, écrit en collaboration avec le juriste et comédien Jeff Kreisler, vient de paraître. «Dollars and Sense: How we Misthink Money and How to Spend Smarter».

×